Zemour, un candidat de trop ?

La condamnation de ce jour d’Éric Zemour pour provocation a la haine, ajoutée à ses propos récents, particulièrement polémiques sur l’école inclusive et l’accueil des enfants handicapés, mettent de nouveau en relief une idéologie d’extrême droite résolument et volontairement agressive contre toutes les formes d’inclusion, à l’école, mais pas que, en complète opposition avec les fondements et la valeurs de la République.

Comment combattre le retour d’une idéologie aussi mortifere sciemment entretenue et développée depuis des années et qui a littéralement gangrène une partie de l’opinion, comme en témoignent les intentions de vote à l’élection présidentielle ?

Il y a celles et ceux qui espèrent que le polémiste Zemour n’arrivera pas à recueillir ses 500 parrainages, se rassurant lâchement que le fiel deverse par Zemour se dilue comme par enchantement.

Il y a la totale ambiguïté de plusieurs leaders de droite d’espérer voir Zemour candidater en lui falicitant le nombre de parrainages requis de façon à augmenter les chances de Pecresse de battre Macron, la palme de cynisme revenant à Ciotti qui main sur le cœur nous déclare que parrainer ne vaut pas adhésion, oui mais parrainer un candidat qui vient d’être condamné pour provocation a la haine, adopte des postures négationistes, eD

Que Zemour obtienne ou non ses signatures, fasse que le débat politique soit en mesure de nous permettre de combattre et de sortir des erreurs qu’il nous débite jour après jour. Encore faut-il remettre en cause cette politique spectacle que l’on nous sert tous les jours jusqu’à plus soif au point d’aboutir à une abstention record.

Un peu de calme !

La precampagne présidentielle démarre sur les chapeaux de roue : une querelle aussi vite éteinte une fois allumée, un président pas encore candidat qui admoneste les 5 millions de français pas encore vaccinés, et je ne parle pas des candidats déclarés à l’élection présidentielle dont la majorité pensent plus aus futures élections législatives qu’au scrutin présidentiel lui même.

Au sujet du drapeau européen sous l’arche de l’arc de Triomphe à l’occasion de la présidence française du conseil européen, on a frôlé le degré zéro de la bêtise politique. Cela fait 13 ans que la France n’avait pas exercé cette responsabilité, ce là méritait bien un geste symbolique, l’erreur si erreur il y a eu ayant été de ne pas mettre à côté du drapeau européen, le drapeau tricolore. Mais on a eu peur, à voir et entendre certaines on se serait cru de retour en 1871 au moment de la querelle sur le drapeau blanc.

Plus sérieusement, les tensions de plus en plus fortes avec celles et ceux qui contestent les injonctions à la généralisation de la vaccination ou s’en trouvent éloignés pour des raisons les plus diverses : isolement, ignorance, questionnement sur ses effets, posent un vrai problème entre autre celui de mettre en tension dangereuse l’hôpital. Les propos d’Emmanuel Macron ont choqué par leur violence assumée, en amalgamant non vaccinés et antivacs et en mettant de côté volontairement la démarche Dans un pédagogique et la mobilisation des moyens des acteurs et des institutions locales.

Dans un contexte aussi dominé par la crise sanitaire, on pourrait s’attendre à plus de retenue et de hauteur des candidats à l’élection présidentielle, Las c’est tout le contraire. Comme je le disais plus haut, la majorité des candidats font comme si et pensent élections législatives et élection présidentielle de 2027, Dans ce jeu de poker menteur, la candidate de droite Valérie Pecresse joue à contre emploi en se radicalisant en espérant ainsi récupérer des voix égarées chez Zemour, les candidats de gauche vont quant à eux résolument dans le mur, main dans la main comme les adeptes du temple solaire avant de se sacrifier, autant d’éléments qui préfigurent un futur duel Emmanuel Macron Marine Le Pen.

2021, une année pas comme les autres.

Dans le monde, très certainement, mais aussi à roubaix. Une 2ème année avec une pandémie qui n’en finit toujours pas et un virus qui déjoue tous les pronostics en multipliant les variants qui deroutent les epidemiologistes les plus réputés. Une année tragique pour les migrants disparus en mer méditerranée ou en mer du nord dans l’indifférence des etats, soucieux avant tout de se protéger des vagues migratoires dénoncées par les franges de leurs populations les plus extrêmes. Une bien triste année pour les femmes afghanes privées de leurs droits les plus elementaires par les talibans au nom d’un rigoriste religieux brutal et totalement archaïque. Et l’on pourrait ajouter a ce triste tableau, la fin des libertés a Hong-Kong , les brutalités et les crimes de la junte Birmanie, des militaires au Soudan, l’asservissement des ouïgours en Chine, et la liste n’est pas fini.

Du bilan 2021 pour roubaix j’aurais voulu ne retenir que les bons côtés : celui de la signature d’un programme de rénovation urbaine particulièrement ambitieux appelé a transformer en profondeur plusieurs quartiers dans les 20 ans a venir, celui de l’essor sans précédent d’une des pépites industrielles de la ville, ovh, celui du 20 ème anniversaire du musée de la Piscine qui est aujourd’hui un des musées les plus fréquentés de France, où encore du retour de la filière textile. Dommage que l’affaire de fraude fiscale et la mise en cause de plusieurs elus et non des moindres mette une tâche indélébile sur un bilan résultat des efforts collectifs entrepris depuis ces dernières décennies, la ville n’avait vraiment pas besoin de cela et de ce qui s’apparente a un véritable gâchis tant humain que politique.

2021, une année pas comme les autres.

Dans le monde, très certainement, mais aussi à roubaix. Une 2ème année avec une pandémie qui n’en finit toujours pas et un virus qui déjoue tous les pronostics en multipliant les variants qui deroutent les epidemiologistes les plus réputés. Une année tragique pour les migrants disparus en mer méditerranée ou en mer du nord dans l’indifférence des etats, soucieux avant tout de se protéger des vagues migratoires dénoncées par les franges de leurs populations les plus extrêmes. Une bien triste année pour les femmes afghanes privées de leurs droits les plus elementaires par les talibans au nom d’un rigoriste religieux brutal et totalement archaïque. Et l’on pourrait ajouter a ce triste tableau, la fin des libertés a Hong-Kong , les brutalités et les crimes de la junte Birmanie, des militaires au Soudan, l’asservissement des ouïgours en Chine, et la liste n’est pas fini.

Du bilan 2021 pour roubaix j’aurais voulu ne retenir que les bons côtés : celui de la signature d’un programme de rénovation urbaine particulièrement ambitieux appelé a transformer en profondeur plusieurs quartiers dans les 20 ans a venir, celui de l’essor sans précédent d’une des pépites industrielles de la ville, ovh, celui du 20 ème anniversaire du musée de la Piscine qui est aujourd’hui un des musées les plus fréquentés de France, où encore du retour de la filière textile. Dommage que l’affaire de fraude fiscale et la mise en cause de plusieurs elus et non des moindres mette une tâche indélébile sur un bilan résultat des efforts collectifs entrepris depuis ces dernières décennies, la ville n’avait vraiment pas besoin de cela et de ce qui s’apparente a un véritable gâchis tant humain que politique.

2021, une année pas comme les autres.

Dans le monde, très certainement, mais aussi à roubaix. Une 2ème année avec une pandémie qui n’en finit toujours pas et un virus qui déjoue tous les pronostics en multipliant les variants qui deroutent les epidemiologistes les plus réputés. Une année tragique pour les migrants disparus en mer méditerranée ou en mer du nord dans l’indifférence des etats, soucieux avant tout de se protéger des vagues migratoires dénoncées par les franges de leurs populations les plus extrêmes. Une bien triste année pour les femmes afghanes privées de leurs droits les plus elementaires par les talibans au nom d’un rigoriste religieux brutal et totalement archaïque. Et l’on pourrait ajouter a ce triste tableau, la fin des libertés a Hong-Kong , les brutalités et les crimes de la junte Birmanie, des militaires au Soudan, l’asservissement des ouïgours en Chine, et la liste n’est pas fini.

Du bilan 2021 pour roubaix j’aurais voulu ne retenir que les bons côtés : celui de la signature d’un programme de rénovation urbaine particulièrement ambitieux appelé a transformer en profondeur plusieurs quartiers dans les 20 ans a venir, celui de l’essor sans précédent d’une des pépites industrielles de la ville, ovh, celui du 20 ème anniversaire du musée de la Piscine qui est aujourd’hui un des musées les plus fréquentés de France, où encore du retour de la filière textile. Dommage que l’affaire de fraude fiscale et la mise en cause de plusieurs elus et non des moindres mette une tâche indélébile sur un bilan résultat des efforts collectifs entrepris depuis ces dernières décennies, la ville n’avait vraiment pas besoin de cela et de ce qui s’apparente a un véritable gâchis tant humain que politique.

sale temps pour la majorité municipale.

Le moins que l’on puisse dire est que beaucoup de roubaisien et de roubaisiens ont été sidérés par la révélation de fraude fiscale ayant entraîné la démission de leurs fonctions de 3 élus roubaisiens dont le 1er adjoint, et les propos du maire lui même condamné en 1ere instance se déclarant victime collatérale de montages acrobatiques auquel il aurait ete totalement etranger. Nous sommes dans un etat de droit et jusqu’à preuve du contraire les elus concernés sont réputés innocents dans l’attente de leur jugement en appel et restent pour les uns simples conseillers municipaux et pour Guillaume Delbar maire de roubaix.

L’opposition municipale a clairement montré les conséquences de cette situation pour roubaix :une perte d’influence evidente au sein de la métropole, le risque d’aggravation de l’abstention aux prochains scrutins electoraux,et un sentiment renforcé des elus tous pourris. C’est au final un véritable gâchis humain, politique et d’image que produit une affaire hors norme dont roubaix n’avait absolument pas besoin.

On saura dans quelques mois voire plus s’il y a confirmation ou pas des sanctions enoncees en 1ere instance, d’ici la il faudra faire avec une majorité municipale decredibilise, un maire affaibli et des dossiers roubaisiens en roue libre. C’est dire la responsabilité des forces progressistes de cette ville a montrer leurs capacités a incarner une future alternative.

Rénovation urbaine :acte 2

Du beau monde il y a quelques jours a Lille pour signer l’acte 2 du programme de rénovation urbaine qui concerne à Roubaix les quartiers de l’Alma Gare, l’Epeule, le Pile, dans le prolongement du premier programme de rénovation engage depuis 2004. Bien sûr, il faut se féliciter de l’engagement confirmé de l’état, des collectivités publiques, des opérateurs locaux et de leurs partenaires a poursuivre et renforcer la transformation en profondeur des quartiers prioritaires en matière de politique de la ville, mais en ce qui concerne le volet roubaisien du programme de rénovation urbaine, on ne peut pas faire l’abstraction de plusieurs questions.

La première, est celle du retard pris par la ville à finaliser ses intentions et son projet. L’excuse avancée par la municipalité est celle du temps nécessaire a l’information et a la concertation avec les habitants sans compter les retards imprévus liés au covit. C’est en partie vrai, mais en même temps , sans l’avouer, les elus roubaisiens, Max André Pick en tête ont tout fait pour différer leurs intentions avec comme résultat un mandat de perdu, or en matière de rénovation urbaine les années comptent double.

La deuxième est le choix contestable de plusieurs cibles comme dans le quartier du Pile alors que le programme de requalification a du mal a trouver sa vitesse de croisière.

La troisième est le questionnement sur le pilotage du programme lui même par les elus roubaisiens avec les interrogations sur l’avenir politique du maire et de son 1er adjoint, ajoute à la faiblesse de l’ingénierie technique de la ville.

Autant de questions , autant d’incertitudes pour l’avenir dont la ville n’avait pas besoin et qui risquent de la marginaliser un peu plus sur l’échiquier métropolitain.

Rapport Sauvet : et après ?

Pour une fois, la conférence des évêques de France réunie à Lourdes à pris ses responsabilités. Reconnaissance de la responsabilité institutionnelle de l’église et du caractère systémique de la pedocriminalite mis en lumière par le rapport Sauvet, annoncé de mesures fortes de réparation. La création d’une instance de réparation dirigée par une personnalité indépendante, chargée d’examiner les demandes des victimes d’agressions sexuelles et de décider cas par cas de leur indemnité, la mise en place d’un fonds d’indemnisation gagé sur les biens de l’église et non sur le recours aux dons des fidèles, et la reconnaissance d’une évaluation permanente pour vérifier l’application des décisions prises, comme l’appel à Rome, vont dans le bon sens et sont une première étape comme le reconnaît le fondateur de la parole libérée François Devaux.

Oui mais il en faudra beaucoup plus pour faire bouger durablement une institution marquée par des siècles d’un clericalisme tout puissant, aveugle sur l’évolution de la société. marginalisant les femmes à des tâches subalternes, incapable de lever l’ambiguïté sur le célibat des prêtres, ajoute à une curie romaine au fonctionnement opaque, plus prompre à marginaliser le pape élu qu’à entamer des réformes.

Revenir à l’esprit et aux pratiques des premières communautés, donner enfin toute leur place aux laïcs, hommes et femmes dans l’exercice et l’animation des fonctions pastorales, sont des défis que l’église de France doit surmonter sauf à être de plus en plus marginalisée et à devenir inaudible.

Zemour? non merci.

J’ai commencé la lecture d’un ouvrage de Jean Garrigues, universitaire et président du Comité d’histoire parlementaire et politique, sur les hommes providentiels  » une fascination française  » De Bonaparte à de Gaulle la République à été tentée par le recours à des hommes censés la protéger de ses peurs et de ses incertitudes.

Hors de question d’imaginer un seul instant qu’Eric Zemour puisse être un recours, mais ses mantras sur le déclin de la France, les dangers de l’étranger, la perte des valeurs morales, les besoins d’ordre et de sécurité, l’exaltation du récit national, et l’antisémitisme, ne sont pas nouveaux. Ils parcourent ces moments de pulsions qui parcourent notre pays depuis des décennies et qui sont là marqué d’une extrême droite qui n’a jamais complètement admis les valeurs de la République, voire la République elle même.

Il est bien dommage que la gauche de gouvernement pour ne parler que d’elle n’ait pas pris la mesure de sa déliquescence en matière idéologique en étant incapable de présenter un projet politique innovant et crédible ce qu’a su faire il y a bien longtemps le SPD pour ne parler que de lui.

Algérie-France :l’entente impossible ?

La  » rente mémorielle » le coup de barre sur les visas, le scepticisme affiche sur la commission Stora, ça tangue pas mal dans les relations France-Algérie malgré la bonne entente entre Emmanuel Macron et le Président algérien. On sait la susceptibilité de l’Algérie vis à vis de son histoire et la difficulté à rentrer dans toute démarche mémorielle d’introspection. Les propos d’EM et son questionnement sur la réalité d’une nation algérienne avant la conquête française ainsi que ceux tenus devant les petits enfants de la guerre d’Algérie ont heurté les tenants du dogme mais pas qu’eux et une bonne partie de l’opinion algérienne. Et pourtant reconnaissons qu’Emmanuel Macron à eu raison de poser des gestes forts vis à vis de l’Algérie, il aura encore l’occasion de le faire du moins je l’espère à l’occasion du 60 ème anniversaire de la déclaration d’indépendance de l’Algérie et du massacre à Paris en 1961 des manifestants algériens.Le chemin sera encore long pour aborder et débattre les rapports entre l’Algérie et la France. L’Algérie est pourtant une part de la France et la France une partie de l’Algérie comme le rappelait EM avant que des propos mal maîtrises n’enveniment inutilement la réflexion.