Que faire du Couvent des Clarisses?

L’association des Amis du Couvent des Clarisses présidée par Xavier Lepoutre a tenu récemment son assemblée générale .Occasion d’évoquer l’avenir de ce joyau architectural édifié avec le concours du Baron Béthune, l’architecte de l’église St Joseph en  cours de restauration dans le quartier de l’Alma Gare.La ville de Roubaix est propriétaire des lieux depuis 2009, année où elle a acquis les bâtiments dans la perspective d’y permettre l’implantation d’un centre d’accueil pour autistes adultes , initialement envisagé rue du Curoir.Le départ des dernières moniales et la fermeture un peu plus tôt de l’école privée Ste Claire attenant au monastère , donnaient ainsi l’occasion à la ville de sauvegarder un pan du patrimoine roubaisien identifié au quartier de l’Epeule et de permettre la réalisation d’un équipement attendu par nombre de familles confrontées au problème de l’autisme.L’acquisition s’accompagnait en même temps d’une demande de classement des bâtiments à l’inventaire supplémentaire des Bâtiments Historiques .

En dépit des études entreprises , des démarches multiples pour boucler l’opération, le projet de centre n’a pu finalement aboutir , tout comme l’implantation d’une crêche et d’un centre pour la petite enfance portés par l’association « Rigolo comme la Vie » dans les anciens locaux de l’école Ste Claire.A la veille des élections municipales de 2014, différentes pistes avaient bien été explorées mais sans que se dégage véritablement une solution d’avenir.Au jour d’aujourd’hui l, la ville en tant que propriétaire assure le clos et le couvert et l’association des amis du monastère se mobilise pour trouver une vocation et une destination à ces bâtiments qui font partie de l’histoire de Roubaix.

Je note l’intêret des nouveaux élus à s’atteler à cette tâche,il y a là une continuité qu’il faut saluer et qui n’est pas pour nous surprendre de la part des élus chargés du Patrimoine.Les exemples de changement d’usage respectant l’identité des lieux tels que celui de Tourcoing  laissent place à un certain optimisme.Encore faut-il  trouver l’investisseur privé capable de prendre sa part de risque dans un contexte qui n’est pas des plus faciles .Il y a aussi la sagesse d’attendre les conclusions de l’étude entreprise par la ville et la Mel sur le secteur en prévision des futures opérations de rénovation urbaine dans le cadre de l’Anru.La reconfiguration des ilôts urbains à proximité du parc Brondeloire ,les opérations de dédensification autour de la  Mackellerie,et la mise en perspective du corridor écologique , peuvent aider et encourager les initiatives privées appuyées cette fois par les financements publics de la rénovation urbaine.Ce serait une véritable chance pour le quartier de l’Epeule.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s