le sens caché de la dédensification.

A l’occasion de la préparation du contrat unique d’agglomération , de l’engagement d’une étude métropolitaine sur la décroissance urbaine et plus récemment des discussions relatives au futur Scot, a été mise en avant la volonté de la ville de Roubaix de mettre en œuvre une politique de « décroissance intelligente  » et de dédensification  passant par la réduction de la production neuve en matière d’habitat , en premier lieu celle du logement locatif social.

Deux concepts de sens et de portée différente . La décroissance urbaine est une réalité qui frappe un certain nombre d’agglomérations urbaines ou de régions marquées par la désindustrialisation et la disparition d’activités économiques qui avaient permis leur développement et leur attractivité .

La politique de la ville renouvelée , les programmes de l’Anru et demain ceux du Pnru , la politique économique et commerciale , répondent à la volonté de réaménager ces espaces urbains déqualifiés avec l’objectif d’en redonner qualité , cohérence et attractivité..

La dédensification est quant à elle un moyen d’aménagement de dégager du foncier pour permettre la création de nouveaux espaces publics et espaces verts , la construction d’équipements publics et de logements , dans des densités réequilibrées.Attention par voie de conséquence à ne pas confondre moyen et finalité.

D’une politique qui devrait faire consensus , la municipalité de Roubaix fait au contraire de la dédensification une arme de guerre contre le logement social.On ne peut nier l’importance du parc locatif social à Roubaix, près du double de la moyenne nationale, mais on doit en même temps la mettre en rapport avec les quelques 5000 demandes de logement en souffrance chez les bailleurs sociaux.

L’objectif n’est pas d’en augmenter la part , mais de le requalifier ; de démolir certains ensembles quand il le faut  en reconstruisant sur site où dans d’autres quartiers où il est insuffisamment représenté , et de développer une offre de logement où l’accession sociale à la propriété comme le logement privé , la réhabilitation aient toute leur place .

Reporter sur les autres communes le désengagement de Roubaix en matière de logement social , ajouté à celui de la ville de Tourcoing ,relève du non sens politique alors même que les représentants de la majorité municipale à la Mel unissent leurs voix avec les élus de droite pour tailler en pièces le PLH et la loi SRU !

Ils couvrent en réalité une politique urbaine et d habitat où les habitants de Roubaix concernés par les opérations de rénovation urbaine ou en attente de logement ou de mutation n’aient aucune perspective d’évoluer dans des parcours résidentiels lisibles et cohérents .Mais peut être est ce le but recherché ? On comprend mieux des lors les réticences à rendre publics les objectifs de construction et de réhabilitation par quartier et à engager le débat public sur Roubaix à horizon 2020 2025 .

Peut être aussi ne tiennent ils pas à ce qu’on relève les contradictions  entre les intentions cachées de la ville et les objectifs de construction de logements sociaux affichés pour l’agglomération roubaisienne  par l’ADU à l’occasion de la préparation du Scot ?

Réussir une ville est une alchimie qui n’est pas facile .Nos nouveaux élus semblent ne pas l’avoir compris , ils veulent à la fois débarrasser la ville de ses populations les plus précarisées , mais sans le dire , tout en faisant douter celles et ceux qui y vivent ou voudraient s’y établir .!

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s