laîcité et schéma directeur des lieux de cultes

La venue récente de l’iman controversé de Brest , la mise en cause de l’influence salafiste , le reportage du journal Libération sur les situations croisées de St Denis , Lunel et Roubaix , reposent la question des rapports entre laîcité et Islam , et plus généralement de l’attitude des municipalités vis à vis des cultes .Les prises de position de Medhi Masrour sur ces questions ont mis le débat au bon niveau ,elles ont en même temps fait toucher du doigt les difficultés à aborder des sujets qui sont au cœur de l’évolution de la société française , surtout quand on veut échapper au politiquement correct.
Il n’ y pas de modèle roubaisien ,encore que la correspondante du journal américain le new york times avait noté en 2013 ,la qualité à Roubaix du dialogue interreligieux .Il y a en effet dans ses rapports aux cultes, des réponses qui tiennent à l’engagement dans les années 80 d’André Diligent et àla situation d’une ville où cohabitent en nombre important plusieurs confessions, en premier lieu musulmane ,qui ont posé très vite à la municipalité des questions concrètes en matière d’entretien ou de construction de lieux de cultes et par voie de conséquence d’aide et d ‘accompagnement de la ville .
La réponse de cette dernière a été l’adoption en 2003 du schéma directeur des lieux de cultes en définissant le cadre et les modalités d’ intervention de la collectivité .Celui ci a permis de faire bouger les lignes pour plusieurs projets de mosquée jusqu’ici enlisés , de prendre en charge des travaux de sécurité dans le temple de l’église réformée de la rue des Arts et, de régler les problèmes fonciers de l’association boudhiste de la rue del’Alouette .

Une nouvelle dimension des relations de la municipalité avec les roubaisiens de confession musulmane a été donnée par la création du CIMR, le collectif des institutions musulmanes de Roubaix .Né d’un moment de tension à l’occasion  de l’affaire du QUICK , il a permis d’avancer concrètement sur plusieurs sujets sensibles : les carrés musulmans au cimetière de Roubaix , l’aumônerie musulmane à  l’hôpital Victor Provo, la gestion de l’abattage des bêtes à l’occasion de la fête de l’Aîd, donnant en même temps l’occasion de renforcer la connaissance mutuelle et de mesurer l’importance de la laîcité  comme élément fédérateur de la population roubaisienne.

Je rappelle d’ailleurs que j’avais pris l’initiative en octobre 2012 de réunir l’ensemble des représentants des cultes et des associations laîques pour un temps d’échange que je souhaitais reconduire pour l’avenir .Il est dommage que la nouvelle municipalité n’ait pas repris cette initiative .La municipalité ne transgresse en rien la laîcité dans ce type d’échanges , bien au contraire .C’est même de sa responsabilité politique d’en prendre l’initiative.Les dangers du fondamentalisme et du radicalisme sont trop graves pour ne pas mettre en pratique une laîcité responsable qui rappelle les valeurs de la République et le fait que tous les citoyens ont certes des droits mais aussi des devoirs et des obligations.

c’est dans ce sens que je pense le moment venu de revisiter le schéma directeur des cultes .C’est l’occasion d’en élargir le champ à des confessions comme les évangélistes très représentés à Roubaix et de tenir compte de l’actualité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s