la table de quartier du Pile :une sortie par le haut .

Depuis ces dernières semaines, les relations houleuses entre les animateurs de la Table de quartier du Pile et la municipalité de Roubaix font la une de la Presse .Mise en demeure de l’ANRJ d’avoir à quitter la Maison de Projet où elle est hébergée provisoirement , débat sur le positionnement de la Table de quartier dans le processus de réhabilitation du quartier , avec les divergences constatées entre le souhait d’un côté de co-construire le quartier et de l’autre ( la municipalité ) de considérer qu’elle n’avait pas été en reste  en matière d’information, de concertation avec les habitants , notamment ceux des îlots lanières les plus concernés par les opérations de démolition .
Dans cette situation de blocage , il y a un peu de tout, la suspicion sur une démarche participative et citoyenne portée par une association , l’ANRJ , qui a le tord pour certains d’être trop connotée et de mélanger les genres ; de réelles incompréhensions sur la place d’un dispositif autonome d’accompagnement des habitants dont les objectifs ne sont pourtant pas de remettre en cause le programme de requalification du quartier , ni le rôle et les responsabilités de l’équipe opérationnelle de la Fabrique des Quartiers chargée de l’opération , et puis disons le de problèmes de méthode et de communication .A camper sur des positions trop tranchées et trop sûre de son bon droit la municipalité y perd de sa crédibilité et de sa volonté de rentrer dans un processus de concertation .
J’avais déjà eu l’occasion de dire que le PMRQAD était une chance et un atout pour le Pile , c’est d’ailleurs le plus important en investissement et le seul comportant un volet en matière d’équipement public , avec la reconstruction de la crèche Marie Buisine .Un des plus complexes aussi puisque c’est un vrai travail de dentelle sur un bâti modeste et souvent inconfortable mais auquel sont très attachés leurs occupants , certains ayant investi patiemment durant des années .Et puis il y a chez les plus anciens comme pour les nouveaux habitants une véritable solidarité de proximité et le souhait de rester dans leur quartier , d’en améliorer le cadre de vie et l’environnement .Partir pour eux est un crève coeur autant qu’une impossibilité matérielle et financière .
J’avais aussi avancé l’idée qu’il fallait élargir la réflexion sur l’aménagement du Pile en direction du canal de Roubaix et en réintégrant dans la réflexion les îlots  jouxtant le service des espaces verts .Tout ceci milite pour un apaisement de la situation  , et la reconnaissance de la place que peut jouer la Table de Quartier dans l’aménagement du Pile . Il ne s’agit pas de contester le pouvoir de décision des responsables publics , de s’immiscer dans des négociations privées , et de contester les missions de l’aménageur , mais de donner un cadre de travail apaisé à chacun , par ex dans la reconnaissance et le fonctionnement régulier d’un atelier urbain où  l’habitant est en mesure de faire entendre sa voix .Articuler les points de vue des élus , des habitants et des techniciens est un challenge qui mérite d ‘être relevé.

Publicités

Un commentaire sur “la table de quartier du Pile :une sortie par le haut .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s