La politique de la ville un échec ?

Les événements d’Aulnay remettent sous les feux des projecteurs la politique de la ville , un thème il est vrai peu présent jusqu’ici dans les programmes des candidats à la future élection présidentielle .Pour les uns , ceux-ci signent bien l’échec d’un politique menée à grands renforts de moyens depuis ces dernières années ( sentiment partagé par des homme de droite comme de gauche , comme Malek Boutih député PS de l’Essonne )
Pour les autres , le jugement est nettement plus nuancé , s’il admettent une complexité et une lourdeur de la politique de la ville , des résultats en demi teinte sur l’image des quartiers concernés et la vie de leurs habitants , ils en récusent l’image de ghettos et de zones de non droit.
Le diagnostics et analyses d’experts comme Davezies , Guilly ou Maurin , les propos sans concession de maires de quartiers en politique de la ville , pointent pourtant une situation plus que préoccupante .
Au moins dans trois domaines .Celui des rapports entre les jeunes et la police .Aulnay prend place dans une longue série d’incidents de plus en plus violents sur fond de trafics en tout genre et d’abandon d’une police de proximité au bénéfice de groupes d’intervention pour qui la prévention n’est pas la priorité première .
Celui des difficultés de l’accès à l’emploi qui trouve son origine dans un décrochage scolaire en progression Quand s’y ajoutent les problèmes bien réels de discrimination ,la boucle est bouclée e les chances de s’en sortir s’en trouvent d’autant diminuées .
Celui de la remise en cause de la présence et de la qualité des services publics dans les QPV.Ce n’est pas par hasard si nous avons placé en priorité la qualité des équipements scolaires qu’il s’agisse des écoles comme des collèges et considéré l’importance de maintenir et de conforter le réseau des centres sociaux comme leviers de lien social et de développement .
Je ne dirais jamais que la politique de la ville a été un échec , même si elle est difficile et éprouvante .La situation quartier par quartier présentée lors du dernier conseil municipal concernant le volet territorial roubaisien du contrat unique d’agglomération n’est pas la marque de son inéfficacité .La grande pauvreté est liée à son histoire de ville industrielle en constante mutation.
Il y a des raisons d’ésperer quand on voit la richesse des initiatives de ses habitants et leur capacité de solidarité.Le défi qui lui est posé pour l’avenir est de mettre en pratique ce qui lui a manqué en partie :celui d’articuler les actions sur le bâti avec les autres problématiques que sont l’emploi,l’éducation , la santé ,ou la culture , le plus sûr moyen de lutter contre les phénomènes de repli et de ségrégation.
Raison de plus pour Roubaix d redoubler d’effort , de rester lucide et de ne pas s’arc bouter sur un projet en décalage avec la réalité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s