retour sur l’inauguration de l’extension du musée de la Piscine

Personne n’aurait imaginé en 2001 lors de son inauguration le succès phénoménal du musée de la Piscine . Histoire singulière de la transformation d’un lieu emblématique fréquenté par plusieurs générations de roubaisiens et voulu par le maire d’exception qu’était Jean Lebas . Il n’a tenu qu’à un fil que que la Piscine échappe à la démolition au moment de sa fermeture pour cause de sécurité , le hasard a voulu , mais est ce un hasard ? que Thérèse Constant adjointe à la Culture arrive à convaincre André Diligent d’y implanter le futur musée de Roubaix dont les collections étaient dispersées depuis la fermeture du musée de Roubaix à la veille de la seconde guerre mondiale .

Depuis son inauguration , le succès du musée de la Piscine ne s’est pas démenti , on le doit en premier lieu à la performance de Jean Paul Philippon  son architecte , aux qualités exceptionnelles de son  Conservateur et de son équipe , dont on redira jamais assez qu’ils ont été et sont la clé de la réussite d’un musée qui joue aujourd’hui dans la cour des grands , aux habitants de Roubaix qui ont tous un point commun avec la Piscine avant et qui font de ce musée un musée populaire en osmose avec leur  histoire , aux adjoints à la Culture successifs qui ont tous apporté leur pierre à l’édifice .

Parmi ces derniers je voudrais mentionner plus particulièrement Jean François Boudaillez . Les différents que j’ai pu avoir avec lui ne sont rien par rapport à son engagement sans faille pour le développement du musée et de ses activités , la mise en place des ateliers pour jeunes publics  et la part qu’il a pris dans la création du club des mécènes et de l’association des amis du musée aujourd’hui présidée par Maurice Decroix toujours aussi attentif en ce qui concerne ce dernier à la notoriété de la Piscine dans la Métropole  comme dans le reste du territoire .Aux côtés de Jean François Boudaillez , il faut aussi associer Frederique Danneels , maitre d’oeuvre aussi discrète qu’efficace des expositions temporaires qui ont fait le renom de la Piscine.

L’extension du Musée n’a pas été un long fleuve tranquille . Les années passées à en finaliser le programme et à en assurer la réalisation ont permis en même temps de déminer le débat qui était apparu au moment de la décision d’accueillir l’atelier et les collections d’Henri Bouchard . Aujourd’hui , il y a consensus pour dissocier l’homme sanctionné à la Libération pour son voisinage avec les officines culturelles nazies de l’artiste figure marquante de la sculpture contemporaine .Son atelier remis en place dans la Piscine est une pièce unique au niveau muséographique et de l’histoire de la sculpture  un des éléments majeurs à découvrir dans les nouveaux espaces traités avec intelligence et qualité par Philippon.

Reste pour l’avenir un vrai problème : celui de définir pour le musée de la Piscine et assurer son développement un cadre juridique lui  garantissant des moyens de fonctionnement pérennes  , ceux de la ville ayant atteint leur limite avec l’ouverture des nouveaux locaux . Il y a urgence à mettre sur la table la création d’un EPCC , c’est à dire celle d’un établissement public de coopération culturelle , associant l’Etat , la Région , le Département , la Mel , la Ville , sans exclure les partenariats privés, un statut et des moyens à la hauteur d’un équipement culturel exceptionnel .

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s