Une rénovation urbaine chaotique.

Il ne se passe pas une semaine sans que l’on parle des difficultés de la rénovation urbaine engagée dans plusieurs quartiers de Roubaix.

Celle- ci pose ou repose des questions de fond au delà des réactions et des revendications légitimes des habitants concernés.

La première, est l’impression ressentie de calendriers fuyants ou totalement irréalistes. L’absence d’un pilotage politique depuis le retrait de Max André Pick, y est pour beaucoup mais pas que. Le Pnru de Roubaix a souffert des le début de cet à peu près permanent qui amène l’achèvement des opérations à l’horizon 2030-2035. Bonjour les dégâts!

La deuxième est l’addition d’opérations, certaines très discutables, sans lien avec un projet urbain cohérent en appui à une stratégie de développement dont à besoin le territoire roubaisien.

Parmi les choix discutables, on pourrait citer la destruction de la cité Flipo et des ilots d’habitations ouvrières comme ceux bordant la rue Lafayette dans le quartier du Pile, la démolition de la rue des Ogiers dans le quartier de l’Epeule. où encore une approche sans nuance du quartier Alma gare faisant fi de son histoire et de ses habitants.

La troisième question est de s’interroger sur le pourquoi du si peu d’intérêt manifesté vis à vis de la rénovation urbaine qui pourtant structure et organisé la ville ainsi que son attractivité pour l’avenir ? Et si c’était tout simplement la difficulté de voir et reconnaître le potentiel et les atouts des quartiers populaires en attendant que leurs habitants quittent la ville.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s